Globalise online dating

15-Jun-2015 02:56 by 9 Comments

Globalise online dating - online dating india mumbai

Martin Wolf, grand sachem du « L’économie mondiale ne croîtra pas éternellement.

Souligné sur ce blog début septembre, le risque d’enclenchement d’une spirale me semble être de plus en plus sérieux.

Par là, un peu comme en 2009 au lendemain de la crise (dite) des , ce sont l’ensemble des extractions mondiales qui devraient cette année connaître un repli, ainsi que l’anticipe notamment la compagnie BP. Une remontée des cours du brut, lorsque l’écart entre offre et demande se sera resserré (dès l’automne 2016 selon les analystes de BP, ou nettement plus tard d’après de nombreux observateurs inquiets d’une conjoncture vacillante), suffira-t-elle à relancer ensuite la production de pétrole vers de nouveaux sommets ? Le violent coup d’arrêt porté aux investissements pétroliers depuis la chute des cours, fin 2014, signifie que l’industrie est peu ou prou forcée de s’arrêter de courir sur le tapis roulant du déclin dit des vieux champs de pétrole conventionnel.

Ce déclin tire plus ou moins fortement vers le bas la production mondiale au Mexique, en Indonésie, en Algérie, en Azerbaïdjan, en mer du Nord, éventuellement demain en Russie, au Koweït ou même en Iran et aux Etats-Unis, autrement dit dans toutes les zones pétrolifères qui fournissent l’essentiel de l’or noir, et dont la production est soit déjà en repli, soit menace de décroître, faute de maintien des niveaux exceptionnels d’investissement permis par les cours du baril non moins exceptionnels ayant prévalu jusqu’à l’été 2014.

La production de pétrole « de schiste » des Etats-Unis, grâce à laquelle, avant tout, la production mondiale faisait jusqu’ici mieux que stagner, a franchi un pic en avril 2015.

Et ce n’est peut-être qu’un début, car l’industrie pétrolière, tout particulièrement aux Etats-Unis, semble être grosse d’une bulle de dettes sans doute proche de ruptures en cascades, si jamais le prix de l’or noir ne remonte pas bientôt.

Production américaine mensuelle de pétrole brut, janvier 1920, novembre 2015 (source : US Do E). La production mondiale d’or noir (courbe noire) n’a pu récemment poursuivre sa croissance à peu près régulière des dernières décennies qu’au prix d’une envolée historique très remarquable du rythme de ses investissements depuis le milieu des années 2000.

Pic de novembre 1970 : 10 044 milliers de barils par jour. Or, selon les données fournies par l’AIE, ces mêmes investissements s’apprêtent à entrer en 2016 dans la seconde année consécutive d’un repli d’une ampleur sans précédent : Sur les centaines de milliards de dollars investis chaque année dans la production mondiale de pétrole et de gaz naturel, pas moins de 80 % servent uniquement au maintien de ladite production, le reste permettant son accroissement, note l’AIE.Pic d’avril 2015, dû au boom du pétrole « de schiste » : 9 694 milliers de barils par jour. Voilà en quoi consiste la course sur le tapis roulant qu’est peut-être en passe de perdre l’industrie pétrolière – et avec elle la grande machinerie économique mondiale qu’elle entraîne.Tandis que d’un côté, aux Etats-Unis, la Fed tâtonne pour l’heure en vain à la recherche d’une issue à sa politique d’argent facile manifestement toujours nécessaire à l’économie américaine – et en premier lieu au secteur des hydrocarbures, dont la crise plombe gravement le depuis début janvier –, de l’autre côté, la croissance chinoise (et, par là, mondiale) montre toujours autant de signes de fragilité : que ce soit à travers l’offre ou la demande de carburant, les conditions ne semblent pas réunies pour permettre une relance de la production mondiale de brut.[Mise à Jour, 23 février] L’Agence internationale de l’énergie « tire la sonnette d’alarme » concernant les réductions sans précédent des investissements pétroliers, qui devraient être en baisse 17 % en 2016 (« au moins », précise le directeur de l’Agence, Fatih Birol), après une baisse de 24 % en 2015 ! 2015 pourrait se révéler être l’année du pic pétrolier et 2016 l’année du début du déclin, si les pétroliers devaient continuer à renoncer à leurs investissements à cause de l’effondrement des cours du brut.Cet effondrement du prix de l’or noir continue pourtant à être largement interprété comme le signe d’une nouvelle ère d’abondance énergétique.C’est au contraire le symptôme d’une possible énorme réplique de la crise de 2008 (mesurée en dollars, l’économie mondiale est déjà en récession),…

  1. nigeria dating site in usa 09-Jun-2015 02:29

    During the Romantic period, art came to be seen as "a special faculty of the human mind to be classified with religion and science".

  2. widowed dating websites 07-Jan-2016 00:50

    Although is a free site to join, there are many beneficial bonus and premium features that you can get which have to be paid for.